White oblique StripeWhite oblique Stripe
Management
March 2, 2022

La transformation digitale du Groupe Eramet

La transformation digitale du Groupe Eramet

Un focus sur la structure et l’accompagnement

La digitalisation est un défi de taille lorsqu'il s'agit de transformer plusieurs usines. Mais qu'en est-il pour Eramet, qui a des sites miniers dans le monde entier, de la Nouvelle-Calédonie au Gabon ? 

Malgré les complexités logistiques et techniques, Eramet a relevé le défi de la transformation digitale de son organisation, avec pour objectif d'être le plus efficace possible dans ses opérations. 

Ludovic Donati, lauréat du Grand Prix de l’Accélération Digitale de BFM Business, a parlé à Ondustry de la manière dont Eramet a abordé sa transformation digitale et leurs meilleures pratiques.

Les toutes premières étapes ? Changer et soutenir la culture de transformation du haut vers le bas. 

Comment structurer une transformation digitale

En 2017, Ludovic Donati a rejoint Eramet en tant que CDO au côté de Christel Bories, la nouvelle CEO d'Eramet.

Ils savaient qu'ils auraient besoin d'une structure solide pour réussir leur transformation digitale, ils ont donc commencé par s'entretenir avec chaque chef de secteur pour clarifier leurs besoins et leurs objectifs stratégiques. À partir de ces visites et de recherches sur d'autres entreprises minières innovantes, ils ont pu créer une vision en trois axes.

Les objectifs clés structurent une transformation numérique

Avoir des objectifs clés que la haute direction peut diffuser dans toute l'entreprise permet d'aligner l'organisation et d'attaquer la transformation de manière organisée. 

Dans le cas d'Eramet, ils se sont concentrés sur :

  1. Connecter la géologie et l'économie d'assurer une continuité numérique depuis l'extraction des minerais jusqu'au client. 
  2. L'optimisation de leur gestion de la donnée pour faciliter des initiatives de big data et l'IA
  3. Assurer la traçabilité de leurs produits de leur extraction jusqu'au client (initiatives RSE). 

 L'un des premiers changements clés de la culture d'entreprise a été d'adopter une perspective stratégique et de se concentrer sur deux initiatives culturelles : une approche "test and learn" des projets et la diffusion de la vision de leur transition. 

Test and Learn

À l'époque, Eramet avait plutôt une culture de " bons élèves ", c'est-à-dire qu'ils passaient beaucoup de temps à perfectionner un projet ou une solution. Il en résultait que l'on passait plus de temps à réfléchir au projet qu'à le déployer réellement. 

Christel Broies, PDG d'Eramet, a orienté l'entreprise vers une approche de test et d'apprentissage, ce qui lui a permis de dérisquer rapidement les projets. 

Ludovic a fait beaucoup de recherches, notamment auprès de chaque chef de secteur pour comprendre leurs besoins et leurs objectifs, puis il a fait du benchmarking auprès d'autres entreprises, dont une mine connectée. En général, quand on voit qui est le plus avancé parmi les entreprises minières, les très grandes entreprises ont investi massivement et ont des opérations très automatisées. Mais Eramet est moyen dans cette filière. Ils ont appris de leurs références, mais savaient que leur situation particulière nécessitait leur propre vision. Plus important encore, ils n'ont jamais oublié leur objectif d'être aussi efficaces que possible dans leurs opérations.

Leur approche "tester et apprendre" leur a permis d'essayer rapidement de nouvelles initiatives et technologies afin d'identifier efficacement ce qui fonctionnait pour eux, tout en faisant un investissement relativement faible. Lorsqu'ils ont cherché à savoir quelle technologie ils allaient déployer, ils se sont demandé pourquoi ils allaient la lancer et quel était leur objectif. Ils ont ensuite cherché des preuves de concept facilement accessibles et susceptibles d'avoir un impact significatif sur leur efficacité. 

Par exemple, Eramet a travaillé avec une startup pour faire un test sur 3-4 mois où ils ont équipé 10 machines critiques avec des capteurs pour mesurer la température et les vibrations.

Ils ont réussi à rentabiliser x5 le petit investissement du test (grâce à l’évitement de la perte, pannes et arrêts de production.

Ce type d'expérience réussie a facilité l'exécution de leur deuxième initiative, la diffusion de la vision à tous les niveaux de l'entreprise.

Diffuser la vision de la transformation numérique

Selon Ludovic, l'un des meilleurs moyens de convaincre les sceptiques de la valeur d'une transformation numérique est une expérience réussie, comme celle des capteurs. En effet, les opérateurs impliqués dans cette expérience initiale sont devenus des ambassadeurs de cette technologie sur d'autres sites. 

De manière générale, l'accompagnement humain est essentiel pour réussir la diffusion d'une transformation digitale et aider les opérateurs à naviguer les changements rapides. Dans cette optique, Eramet a mis en place une équipe de transformation numérique dans les principaux secteurs.

Les équipes aident à trouver des startups et des groupes technologiques qui aideront Eramet à tester et déployer de nouvelles initiatives ou technologies. Plus important encore, une fois qu'un test a réussi, ils aident à le mettre à l'échelle. Leur soutien augmente les chances de survie et de réussite des projets sur le long terme.

La digitalisation apporte plus d'autonomie

Il est essentiel de voir les résultats significatifs pour rallier les métallurgistes et les autres membres de l’équipe, mais aussi pour les doter de nouvelles compétences. C'est pourquoi Eramet a formé ses métallurgistes à la data science, afin qu'ils puissent apporter des technologies complexes à leurs posts et avoir plus d'autonomie. Finalement, ces nouvelles compétences et technologies donneront plus de temps aux métallurgistes pour qu'ils puissent se concentrer sur le cœur de leur métier, voire repenser leurs emplois et apporter leurs propres idées et initiatives innovantes. 

Finalement, le changement culturel serait si complet qu'il deviendrait simplement une autre de leurs compétences incluse dans la manière de faire.